Si tu es un procrastinateur, on a souvent dû te dire que tu n’étais qu’un feignant qui ne voulait pas travailler. Et si on changeait un peu de discours ? Si on te disait que finalement ce n’est pas ta faute ?

 

Selon une fameuse étude, « The Structural and Functional Signal of Action Control », la procrastination serait finalement liée à notre cerveau ! L’amygdale (la partie de ton cerveau qui t’aide à prévenir les éventuels dangers, et non pas les glandes que tu as au fond de ta gorge !), serait plus développée chez les procrastinateurs et moins liée au cortex cingulaire (plus simplement, c’est l’autre partie de ton cerveau qui te permet d’analyser les données en vue de prendre des décisions). À cause de leur cerveau fait différemment, les innocents procrastinateurs seraient malheureusement paralysés par la peur et incapables de se décider.

 

Si tu penses être un procrastinateur, sache que tu n’est finalement qu’une victime du monde numérique dans lequel tu vis. Les technologies offrent toujours plus de possibilités de se divertir et t’empêchent de travailler. Le libre accès à l’information t’empêche de te consacrer sur ce qui t’intéresse vraiment. Face au choix, tu ne sais plus quoi lire, regarder ou écouter. Et quand tu arrives, enfin, à bosser, il y a toujours quelques chose qui vient te déranger ! Tu reçois toujours des notifications Facebook, Messenger ou Instagram que tu dois absolument regarder, mais qui coupent considérablement ta réflexion !

 

Pour résumer, si tu es un procrastinateur invétéré, c’est seulement à cause de ton cerveau et de la société dans laquelle tu es né ! Pas la peine de culpabiliser ! Quoi que… T’étais vraiment obligé de rester 1h à mater des photos sur Insta ou des vidéos débiles sur Youtube ? Puis, si toutes les petites études étaient vraies ça se saurait non ?

 

Karine Frigoul