Faîtes-le plus tard !

Je procrastine. Souvent. Et alors ? J’entends d’ici vos reproches. « Ne remets pas à demain ce que tu peux faire aujourd’hui », on connaît tous. On est prédestinés à être contre la procrastination.

Mais qui de cette promo dont vous avez bénéficié parce que vous avez attendu ? Ces chaussures qui vous auraient coûté le double si vous les aviez achetées au moment du repérage. Et ce billet d’avion, qui a soudainement baissé parce que vous avez réservé votre place au dernier moment. Voyez le côté positif : si vous n’aviez pas procrastiné, vous seriez pauvre à l’heure qu’il est.

Rappelez-vous du rangement du salon, que vous avez reporté encore et encore. Votre adorable coloc a finit par le faire à votre place. Attention à ne pas renouveler trop souvent l’opération sous risque de finir à la porte. Mais tout de même : corvée évitée et temps gagné !

Pensez aussi à ce meuble, qui est resté en kit deux mois. La venue de votre amie est tombée à pic. Si vous l’aviez monté seul, au moment de l’achat, vous y aurez passé la journée, et il aurait probablement fini à l’envers. Le pire a été évité !

Pour moi, procrastiner, ce n’est rien d’autre que de la sélection naturelle. On repousse ce qu’on a le moins envie de faire ; on se fait plaisir en faisant ce qu’on aime. Le rush du dernier moment ? Rien de plus stimulant que de travailler dans l’urgence ! Adrénaline garantie !

Dédramatisons : on s’en sort toujours. Quelques dommages collatéraux, un peu de retard parfois, mais rien de tragique ! Compte tenu de tous les points positifs, ça ne pèse rien sur la balance !

Alors, faîtes comme moi, procrastinez !

Samia Marzal